Libellés

jeudi 16 mars 2017

Poème

         A Marie

Oh ce regard myosotis!
Le bien nommé: "ne m'oublie pas"!
Une présence et un délice,
La profondeur de cette voix!

C'est une force en mouvement
Motivée par la seule urgence,
Celle de vivre intensément,
Prime vertu n'est guère prudence!

Dans les couloirs de la pensée
Se nichent les tourments de l'âme.
Les confidences déroulées
Libèrent et chassent toute la trame
Février 2016, les Blancs Sablons.Le Conquet (29)


De quelque tragédie passée
Pour ne garder que le meilleur,
Temps partagé d'un bel ailleurs
D'une insouciante légèreté.

Le bleu des mers, les doux rivages,
Les ciels d'azur sont dans tes yeux,
Miroirs d'une âme où tous les feux
Eclairent ta vie et ton langage.

L'avenir se dévoile en songes
Et les songes parlent du destin.
Les sentiments parfois nous rongent
Mais chaque nuit cède au matin,

Et ce matin, dans la lumière,
S'effacent les ombres qui s'enfuient.
Un sourd battement me poursuit,
Celui de ton coeur rythmant l'air.

 




1 commentaire:

  1. elle est partie, reste le bleu de la mer, du ciel et le cri des oiseaux de mer sur Brest, et la mélancolie... vertige du vide. Un seul être vous manque...

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.