Libellés

jeudi 27 novembre 2014

Minéralogie

La pierre de lune

La "pierre de lune" est aussi appelée Sélénite ou Hécatolite (de Séléné et Hécate, les déesses de la lune dans la mythologie grecque). Pour les minéralogistes, il s'agit d'un tectosilicate appelé Feldspath orthose de formule KAlSi3O8, monoclinique à éclat vitreux, transparent à laiteux (densité 2,5 à 2,6).

Les reflets observés à l'intérieur du minéral correspondent à un phénomène de réfraction de la lumière sur les plans de clivage et de diffusion dans la masse du minéral; ce phénomène est nommé adularescence parfois aussi nommé opalescence. Les pierres de lune recherchées ont des reflets bleutés, le jaune est plutôt pénalisant. Le clivage parfait de l'orthose permet de différencier la pierre de lune des espèces minérales proches et opalescentes comme la calcédoine ou l'agate teintée.Les principaux gisements de cette pierre se trouvent en Australie, Brésil, Tanzanie, Inde, Birmanie et même en Suisse (Mont Adula a donné l'adulaire).
La symbolique de cette pierre est liée à la lune et le côté féminin de notre nature. C'est une pierre sacrée en Inde: elle apporte la bonne fortune, symbolise la tendresse maternelle, l'amour et les cycles de la lune et  cycles féminins. Elle est céleste, captivante et troublante.
Si l'on sort du domaine scientifique pour aborder les croyances, la lithothérapie lui attribue de  nombreuses vertus. En outre, elle reconnecte avec le monde poétique. Le site breton www.douaroularz.com donne un aperçu de l'étendue des vertus de cette pierre (à ne pas confondre non plus avec la Labradorite).Il cite également les mots clés ombre, lumière, profondeur de l'être, douceur, tolérance. Chaque jour est une naissance et chaque instant une nouvelle vie; le talisman de ceux qui vivent au présent en somme!

lundi 17 novembre 2014

sculptures et géologie

Sculptures naturelles en granite et main de l'homme


granite rose à Trégastel, 22

C'est l'érosion naturelle qui a provoqué cette morphologie de bloc basculé en granite rose, sur la côte entre Trégastel et Perros-Guirec, un endroit battu par les vents marins, l'eau et le sable fin transporté dans l'air. Cette sculpture naturelle de la roche donne des formes qui varient constamment en fonction de l'heure du jour, des saisons et du temps qu'il fait.


Sur la deuxième photo, le bloc en forme de galette est percé  selon les mêmes processus de dissolution chimique que ceux évoqués dans des articles antérieurs sur le granite de Rostrenen notamment (Kerbescond, Hacadour, Pont-Croix...)
Entre la grève blanche et Renote
Cette vue montre comment se fait le creusement de gorges dans le granite à partir d'un résidu de terre végétale et végétaux encore présents au sommet d'un bloc. L'écoulement de l'eau acide sur le côté du bloc produit lentement (il faut considérer l'échelle de temps en milliers d'années) des "rigoles" qui vont progressivement fractionner le bloc.
Sculpture à Ploumanach:22


Toujours en granite rose, mais cette fois la main du sculpteur s'est attardée sur ce bloc de granite rose pour donner un personnage qui fait penser au nain "Gimli" de la "Communauté de l'Anneau", un épisode de l'oeuvre célèbre de Tolkien "Le seigneur des anneaux".

lundi 10 novembre 2014

Poème et peinture

Sonnet des remords
Les confidences d'Erato: aquarelle couleurs inversées

Quand je m'endormirai,Déesse indifférente
Dans mon vaisseau de pierres sur la lande amarré
Et que seuls les grands arbres par l'automne effeuillés
Gémiront sous le vent de tempêtes naissantes

Quand le voile du temps blanchira mon visage
Le regard effacé sous mes paupières closes
Les couleurs envolées comme au jardin les roses
Leurs épines dressées en ultime héritage

Alors j'emporterai  la symphonie troublante
Des soupirs et des rires, des rêves et des rimes
Par les chemins déserts son souvenir s'abîme

Erato, entends-tu les fées qui se lamentent
Sur un présent fatal où se laissent mourir
Les trésors éphémères du jardin des plaisirs?

mercredi 5 novembre 2014

Climat et paysage

Effets de la variabilité climatique sur le paysage à Rosquelfen en Laniscat (22)

L'année 2014 a été globalement chaude, particulièrement en fin d'été et début d'automne. Le rafraîchissement net des températures n'est intervenu que ces derniers jours en novembre. Cette douceur continue modifie l'aspect de la nature et donc les paysages.


Cette vue de la voie romaine, face à Lann Uhellan en octobre 2003, montre la  coloration des hêtres qui prennent leurs couleurs d'automne avant de perdre leurs feuilles. La durée de cette période dépend des vents qui peuvent abréger ce temps de belle polychromie en accélérant la chute du feuillage.





Le même endroit, un peu plus proche de Kergoten et dans le sens vallée du Daoulas-Rosquelfen, en novembre 2014, montre des arbres verts, en frondaisons estivales pourrais-je dire, puisque la température est constamment élevée et  au dessus des valeurs moyennes enregistrées depuis que ce suivi est réalisé.

Cette dernière photo montre la vallée du Blavet vue de Rosquelfen. Elle témoigne de la poussée du bois qui monte inexorablement à l'assaut de la Lande du Liscuis face au "Bonnet Rouge" (voir légende de Conomor dans articles précédents). Ainsi, petit à petit, l'espace de landes et fougères "Aigle" qui se détache en rouge sur la photo (cliquer dessus pour l'agrandir) disparaît peu à peu. L'évolution climatique n'est pas seule en cause dans ce phénomène. L'évolution rapide du niveau de vie (abandon du bois en usage domestique) et la désertification des campagnes depuis la dernière guerre ont également accéléré le processus de reboisement ou de progression des espaces boisés au détriment de la lande qui n'est plus entretenue ni utilisée comme autrefois (alimentation des chevaux, litière animale). Mais cette évolution n'altère pas la perpétuelle magnificence de cet espace sauvage et préservé.