Libellés

samedi 30 août 2014

Festival Fisel

Ballade en pays Fisel


Le samedi 31 août 2014 s'est déroulé au départ du village Fisel à Rostrenen, la ballade découverte du pays, une invitation au voyage dans l'imaginaire, le mystère et l'environnement géologique et topographique de la bordure Sud de Rostrenen. Débuté par un poème de Baudelaire recomposé pour la circonstance, la ballade s'est engagée sur un chemin parsemé de surprises comme ce sonneur de Uilleann-pipe concentré sur son jeu, au fond d'une vallée encaissée dans le granite de Rostrenen.
Plus loin, et après une belle prestation acrobatique dans les toiles suspendues à un arbre, une maquette détaillée du terrain d'aviation de Bordeaux pendant la guerre, au moment du débarquement du 6 juin 1944, illustre les propos sur les événements qui se sont déroulés en centre Bretagne à ce moment là: les avions américains venus raser cet aéroport, abattus par les allemands et tombés dans la région, le sauvetage des pilotes et membres d'équipages rescapés, puis la réflexion qu'imposent les  attitudes de la population à ce moment là: résistants ou collaborateurs ou ni l'un ni l'autre? Quelle serait notre attitude dans une situation similaire??
Tout le trajet de la marche est jalonné de surprises, œuvres d'art dispersées sur les rochers ou dans les champs en bordure de la rivière de St Jacques, présentation des métiers de la forêt, visite de la grotte, de la motte castrale, des anciennes exploitations de granite: une belle journée que les participants ne vont pas oublier!


Expression corporelle sous les hêtres
Chant des "Langues de meufs"
 
Sculpture en terre cuite de Clotilde Cousin
                                                          

mardi 19 août 2014

Poème

Les pierres

Pierres dressées, pierres du Liscuis
Pierres spectrales dans la nuit
Pierres des tombes gravées d'hier
Pierres sculptées des vieux calvaires
Pierres des ruines et des talus
Pierres vénérables des statues
Pierres sur la lande dispersées
Pierres des champs et des cités
Pierres des runes et de mémoire
Pierres des elfes en écritoires
Pierres moussues, amas géants
Grottes secrètes des korrigans
Ardoises épaisses des toitures
Schistes bleutés de nos vieux murs
Pierres immobiles et silencieuses
Pierres éternelles et généreuses
Pierres des sources recevant
Les confidences des amants
 Les pierres parlent aux humains
Mémoire fidèle de leur destin.

Illustrations:1- pierre tombale de Toussaint Maurice Le Flahec de Guermeur, en schiste, dans le cimetière de Rosquelfen (Laniscat:22), décédé en 1803 et parent  d'Yves Joseph Le Flahec de Guermeur, chirurgien partisan de la Révolution, assassiné devant chez lui par les chouans le 6 juin 1795.
2-Message elfique dans l'ardoise.3:Borne milliaire romaine du Moustoir en Plélauff (22).

Géographie, Blavet

Le Blavet, fleuve ou rivière?

Devant les avis contrastés à ce sujet, il faut revenir à la  définition du dictionnaire qui indique bien qu'un cours d'eau se jetant dans la mer ou l'océan est un fleuve. Ce beau cours d'eau qui passe à Gouarec et se jette dans l'Atlantique à Lorient est barré à Guerlédan par le barrage hydroélectrique commencé en 1924 et inauguré en 1930, noyant 17 écluses du canal de Nantes à Brest sous ses eaux.
Les géographes ont ajouté à la définition du dictionnaire des critères techniques qui sont sans doute à l'origine des hésitations sur l'appellation, comme le débit , la taille et l'importance des affluents, la longueur etc.

C'est en tenant compte de ces critères complémentaires que l'appellation de "fleuve côtier" a été créée par les mêmes géographes. C'est dans cette catégorie que sont rangés les cours d'eau armoricains qui se jettent dans l'Atlantique ou la Manche.
On peut donc dire et écrire que le Blavet est un fleuve côtier de 149 kms environ et qui prend sa source dans les Côtes d'Armor, à 5 kms au Sud de Bourbriac.
La photo montre le Blavet en crue sous le pont de Bon Repos, près de l'abbaye du même nom (sur Saint Gelven, 22) en février 2014, période particulièrement pluvieuse (voir article sur Gouarec inondé à cette période).

jeudi 14 août 2014

Archéologie

Menhir et camp de Hacadour sur les bords du canal en Mellionnec (22)

Le site de Hacadour est proche de la chapelle de la Pitié en Mellionnec, un endroit qui correspond à un élargissement du canal de Nantes à Brest avant qu'il ne s'engouffre dans une sorte de "passe" ceinturée de sommets granitiques (double écluse à cet endroit). Avant le canal, le grand Doré coulait déjà dans la vallée. En période de basses eaux du canal, on peut voir les deux arches d'un ancien pont réputé d'époque romaine et qui témoigne de la présence d'une ancienne voie et donc de l'importance du lieu. La photo présente l'état actuel du sommet topographique au sud du canal et à proximité du menhir de Hacadour.
Sur le site T4T35.fr intitulé "Mégalithes du monde"  le menhir est décrit comme un monument de granite de 2m40 de hauteur. Ce menhir est situé sur le versant sud de la crête et n'était visible que de la direction sud. Il semble annoncer le "camp" dont le même site indique qu'il présente plusieurs menhirs renversés. Il est aujourd'hui très difficile de distinguer entre les pierres considérées comme "menhirs" et le chaos naturel granitique qui présente les mêmes "marmites" de dissolution chimique qu'à Duault ou Kerbescond en Rostrenen (voir article précédent sur Kerbescond). Le site est défendu côté nord, par un véritable mur de granite presque vertical (limite de faille) dans lequel on retrouve des cavités dont l'une présente des similitudes avec la grotte du bois de Kerbescond sans en avoir la taille.

Flanc nord de Hacadour, chaos granitique (granite de Rostrenen) avec cavités ou grottes dont celle-ci assez profonde (cliquer sur la photo pour agrandir).
Véritable muraille de granite sur le flanc nord du camp de Hacadour, bordure sud du Doré canalisé (sorte de gorge ou resserrement de la vallée devant l'affleurement rocheux)
"Marmites" ou figures de dissolution chimique dans le granite de Rostrenen, comme à Kerauffret  en Plouguernevel (au dessus de la vallée du Doré, dite de Pont Croix ou à Kerbescond en Rostrenen, dans le même granite. Ce rocher se situe au centre de l'endroit nommé "camp de Hacadour". Il semble que cet endroit  soit répertorié par les archéologues dans les sites encore à étudier du Néolithique (site sans doute réutilisé à l'époque celtique et romaine) comme dans de nombreux endroits en centre Bretagne.

lundi 11 août 2014

Poème

L'harmonie perdue

Beau rosier sauvage
Gardien des présages
Dans le château disparu
Tu fais du roncier
L'endroit parfumé
Que je ne reconnais plus
Le temps des désirs
Des rires et plaisirs
Ne dure jamais très longtemps
Et le merveilleux
Les mystères du lieu
Vont sombrer dans le néant.

Au château abandonné
Un beau rêve s'est effacé.

Les ardoises bleues
L'endroit silencieux
Les croix blanches d'andalousite
Et l'eau de l'étang
Frisée par le vent
Gardent les secrets du site
Les grands arbres verts
Les ronces et le lierre
 La couverture végétale
Couvrent désormais
L'endroit que j'aimais
Au bord de l'étang des Salles.

Dans le vieux château ruiné
Parfume encore le rosier.

Vois sur le chemin
Tomber le crachin
Dont le voile alors efface
Les riches couleurs
Des bruyères en fleurs
Et les restes de nos traces
C'est au soir tombant
Qu'un soleil couchant
Illumine l'endroit perdu
Et cette lumière
Caressant la pierre
Parle d'un temps révolu.

Des présages du vieux rosier
Un augure cherche la clé.

Illustrations: étang des Salles, face aux ruines sur l'avancée de la rive dans l'étang; photo suivante: le rosier sur la façade, côté cour interne. 3e photo: face nord du château aux deux tours d'angle encore visibles. Dernière photo: ruines de  la tour Ouest réputée hantée.

jeudi 7 août 2014

Patrimoine sur Lanrivain

Le site de St Antoine en Lanrivain (22480)

Ce magnifique village, partiellement ruiné offre dans un décor sauvage et préservé de blocs granitiques, un échantillonnage exceptionnel du bâti rural allant du XVe au XVIIe siècle. En 1422, ce village est mentionné comme propriété du noble Rolland de Beaulieu. La première photo montre une restauration du village dans sa version XVIIe probable. Les murs sont en granite local, un faciès "porphyroïde" du granite de Quintin qui n'est pas sans rappeler celui de Rostrenen.
La seconde photo montre une originalité locale, les murs en "palis" ou orthostates de granite, une forme de construction assez rare dans le granite (on en trouve sur Trégunc) qui est taillé ou débité en blocs rectangulaires assez plats. Ces blocs seront utilisés pour construire des ponts, comme sur le Blavet en aval de Toul Goulic, lieu de passage d'une ancienne voie romaine ou antique.
Les traces d'exploitation du granite sont encore visibles et certaines peuvent remonter à l'âge du fer. Le pointillé visible sur cette photo a été réalisé pour placer des coins de bois qui sont mouillés ensuite pour éclater le bloc de manière contrôlée et linéaire. Cette technique n'était utilisée que lorsque le granite résistait à la fente directe par percussion. La photo montre une tentative de fente apparemment avortée.
Sur ce site, la très belle chapelle de Saint Antoine est réputée de la fin XVe, début XVIe siècle. Elle est restaurée en 1867 et 1935. Classée MH en 1932, elle présente un mur ouest du XVIIe. Une fontaine sacrée, dite "de dévotion" existe à proximité dans le vallon face au mur sud (le seul percé d'ouvertures). Cette fontaine s'inscrit également dans le secteur des sources du Blavet et de Toul Goulic, un lieu important pour les anciens Celtes puis à l'époque romaine (vestiges proches, en amont de Toul Goulic). Ce lieu a servi à la manifestation "Lieux mouvants, version 2014" par l'implantation de "jardins éphémères" qui s'intègrent parfaitement au décor naturel de ce très beau site entre Lanrivain et Trémargat.

Détails de l'ouverture circulaire à motif "trifolié", sur la façade sud de la chapelle Saint Antoine, un élément ornemental de la façade en grand appareillage de granite aussi remarquable que rare.
(Cliquer sur les photos pour les agrandir).
Sources: DRAC de Bretagne, Infobretagne: patrimoine de Lanrivain, canton de St Nicolas du Pelem.