Libellés

samedi 23 juillet 2011

trésor de Laniscat

Le plus important trésor monétaire datant de la Tène (IIIe au premier siècle avant notre ère) en France a été découvert en 2007 lors de travaux  de contournement de Gouarec, à proximité de Rosquelfen, par l'archéologie préventive (des statères avaient déjà été découverts par Claudine Bernard de Laniscat). Ce trésor est composé de 58 statères d'or allié et 487 quart de statères de même composition. Ces pièces qui représentent une fortune considérable pour l'époque appartiennent selon les archéologues à la tribu celte des Osismes qui occupaient l'ouest de l'Armorique et dont la capitale ses situait à l'emplacement de l'actuelle ville de Carhaix. Selon les mêmes sources (INRAP), ces monnaies dateraient de la fin de la Tène, c'est à dire au début de l'occupation romaine de l'Armorique (70 à 50 avant JC). Si nous comparons ces pièces à d'autres pièces plus anciennes mais également de la Tène (troisième et deuxième siècle avant notre ère) on constate une grande variabilité des couleurs ce qui correspond également à une variabilité métallurgique. En effet, la fin de la Tène se caractérise par la raréfaction de l'or. Celui-ci est fortement dilué par alliage avec le cuivre et l'argent. C'est pourquoi l'appellation d'électrum pour ces pièces n'est pas appropriée, même si en "Histoire de l'Art" son usage est exagérément extensif. Il s'agit bien d'or allié à forte teneur en cuivre (l'électrum est un alliage naturel d'or et d'argent pour les minéralogistes).

Statère du Trésor de Laniscat, avers à tête d'homme aux cheveux en boudins et sourcil perlé. Frappe bien centrée et bords irréguliers. Couleur cuivrée. L'avers est légèrement bombé (il se trouve du coté du coin "dormant" au cours de la frappe; le revers est lui plus concave car il prend directement le choc du coin "mobile"

Revers de la même pièce avec cheval au galop monté d'un cavalier brandissant un javelot et muni d'un bouclier. Probable gonfanon en demi-lune devant le cavalier , animal dont on aperçoit l'arrière-train sous les antérieurs du cheval. Ce thème du guerrier à cheval est particulièrement fréquent chez les celtes.
Certains statères sont moins cuivrés et approchent la couleur du "bas or" ci-dessous (pièces Namnètes) ce qui correspond à des différences de teneur en or, argent et cuivre, observation intéressante pour la compréhension de l'histoire complexe de ce trésor.



Observons la couleur de ce statère d'or à traces de cuivre provenant de la dispersion de la collection personnelle d'André Breton en 2007. Il s'agit d'une pièce Suessiones (Avers) plus ancienne que les pièces du trésor de Laniscat et en or pratiquement pur (quelques % de Cu). La différence de couleur est sans ambiguïté.


Le revers de la pièce est également bien centré, ovalisé au moment de la frappe (Suessiones or).
Pour comparer avec un autre type d'alliage que les numismates appellent "bas or", il faut observer attentivement la pièce ci-dessous en bas-or qui correspond à une proportion à peu près équivalente d'or et d'argent ainsi qu'un faible pourcentage de cuivre. La couleur est caractéristique et permet de faire la distinction entre statère d'or, bas or et or allié à faible teneur qui caractérise la fin de l'époque celtique.
Avers de statère "Namnetes bas or" à tête d'homme de profil à droite, chevelu, ornementation perlée. La couleur comparée à la pièce précédente est plus pâle ce qui dénote une teneur plus importante d'argent avec présence de cuivre (analysé par microscopie électronique à balayage couplée à un analyseur EDS)

Dispersion de la collection d'André Breton: 2007
Période de la Tène II
Même pièce "Namnetes bas or" au cavalier à bride tenue, en position de saut par dessus un personnage à tête "d'Alien". L'extraordinaire diversité des graphismes qui s'éloignent du réalisme méditerranéen et témoignent d'une capacité d'abstraction et d'imagination spécifique au monde celtique, est une source inépuisable d'étude et un document laissé par nos ancêtres comme une fenêtre ouverte sur leur imaginaire, leurs concepts métaphysiques et l'extraordinaire finesse de leur art!

mardi 19 juillet 2011

chapelle de Rosquelfen

 Les personnages sculptés du retable correspondent très probablement aux donateurs. Leur tenue vestimentaire est conforme au style François Premier.

En examinant les personnages on s'aperçoit que tous les hommes sont représentés avec une barbe (à l'exception de Saint Jean qui figure dans cet ensemble actuellement mais qui pourrait bien provenir d'un autre mobilier de même époque).

La restauration tient compte de la polychromie d'origine.
Ce retable a été classé le 13 août 1964


vendredi 8 juillet 2011

poème

Orage

Le ciel toujours mobile rassemble les nuages
Déroule leurs masses sombres comme un signal funeste
Bientôt viendra la pluie, le souffle de l'orage
Les ruisseaux bondissants sous la colère céleste.

Puis l'orage passera, repassera encore
Sur les crêtes boisées, sur les maisons de pierres
Sur les prés verdoyants, sur les enclos des morts
Dans une course sans fin, sans raisons, sans repères.

L'eau, la terre et le feu célèbrent leurs épousailles
Et perpétuent sans fin le cycle de la vie
Ainsi l'espoir est vif au moment des semailles
Puis le bonheur parfois aux automnes épanouis.

L'humain contemplatif pressent déjà l'hiver
Qui jette dans sa mémoire de grands reflets glacés
Sa conscience du temps a une saveur amere
Celle d'un bonheur furtif face à l'éternité.

mardi 5 juillet 2011

poème

Confidences aux ruines

Dans cet Eden, terroir des fées
Les mousses vertes recouvrent encore
Ecorces, murs et grands rochers
Dans une lumière aux reflets d'or

Paraît soudain dans un landier
Les pans de mur d'un ermitage
Offrant aux ronces ses pierres ornées
Triste destin d'un vieil ouvrage


Et cette ruine dans son vallon
Exhale encore tant de mystère
A ces vieux murs se confieront
Par les amants, des voeux sincères

Dans la beauté de ce lieu fort
Arcs ogivés, pierres sculptées
Le grand secret des coeurs et corps
La symphonie Eternité.

dimanche 3 juillet 2011

sculpture

Le tuffeau blanc de Touraine offre des possibilités inégalées dans l'exécution de détails en sculpture. Son emploi est recherché pour les frises, bas-reliefs et ornementation des façades de monuments religieux ou profanes. C'est pourquoi la Touraine regorge de monuments très ornés comme églises, cathédrales, châteaux. Dans ce bloc de tuffeau blanc, un essai représentant deux rois de l'époque mérovingienne en Bretagne: Judual et Judicaël, et un roi de l'époque Carolingienne: Nominoë, premier roi de Bretagne (IXe siècle).

Rois bretons dans tuffeau de Touraine

vendredi 1 juillet 2011

Sculpture

élément de corniche du XVI e redimentionné
Au cours du mois de juin 2011, les Amis de la Chapelle de Rosquelfen poursuivent les initiatives allant jusque la rénovation du mobilier ornemental de la chapelle en très mauvais état. C'est le cas de la corniche du porche d'entrée et ses éléments décoratifs dont l'examen montre qu'il s'agit d'un assemblage hétérogène bien postérieur à la disposition d'origine. On observe en effet que la corniche située au dessus de l'entrée très ornée (fin XV e début XVIe siècle) a été enlevée au droit de la porte pour confectionner une niche dans laquelle a été insérée une armoire très ornée, redimensionnée (découpe de la base et disparition du chapiteau terminal) ce qui démontre bien le réemploi de ce mobilier polychrome du XVIe siècle.
emplacement de l'ensemble décoratif (fermé par planches)